Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 17:16

Depuis la lutte pour l’indépendance nationale, nos malheurs ont toujours été en proportion des divisions de nos hommes politiques. Heureusement, la fortune n’a jamais trahi notre peuple quand il est rassemblé. Mais à nouveau, le pays est profondément divisé. Il est menacé de soubresauts violents, d’un plus grand abaissement et de l’aggravation de la misère ambiante par la faute et l’aveuglement de certains de nos frères et sœurs. Ces compatriotes ne réalisent pas que la nation se dissout sous l’action des injustices économiques et sociales, des désordres en tout genre et les passions partisanes. Devant les récriminations réciproques implacables des factions, la masse du peuple est douloureusement rongée par la pauvreté et le désespoir. Mais les trotte-menu de l’intérêt personnel, de la confusion et du chaos, qui hantent les peuples en danger, s’activent à vouloir faire exprimer le peuple. Une expression populaire truquée est-elle la sauvegarde pour un peuple si misérable au sein duquel bouillonnent les frustrations, les colères, les mépris, les haines et l’accablement ? Cette inconséquence déconcerte nos plus fortes espérances et trouble notre conscience. Comment chercher encore à faire subir à la nation un si piètre expédient qui lui a déjà été funeste ?

Devant le péril, nous ne pouvons pas nous taire ni abandonner. C’est pourquoi, nous prenons encore l’étendard de la raison, de l’unité nationale et de la paix pour demander au Président Faure Gnassingbé d’arrêter la dérive de ceux qui veulent organiser des élections malgré le risque des affrontements, des contestations, des violences et la défiance d’une grande majorité de la population. Les aliénations, l’obscurantisme et la volonté aveugle d’assouvir des intérêts particuliers peuvent encore faire croire que les élections au suffrage universel direct sont la panacée aux problèmes des peuples. Peut-être pour des peuples éclairés et ayant un niveau de vie et d’éducation acceptable mais pas pour des peuples dominés par la misère, l’ignorance et les instincts grégaires. Le sage peuple suisse vient de rejeter par référendum à presque 80% l’élection au suffrage universel direct de ses représentants fédéraux. Les apologistes de l’élection doivent donc comprendre que la parodie de la liberté n’est pas la liberté. Ce n’est pas grâce à une élection qu’on élève un peuple à la dignité humaine et qu’on lui assure les libertés fondamentales et le bonheur. Il y’a aujourd’hui entre 25 et plus de 50% des jeunes européens qui sont en chômage, livrés à la délinquance et au désespoir. C’est d’ailleurs une institution supranationale dont les dirigeants ne sont pas élus démocratiquement qui détermine leur destin et en impose à leurs gouvernants élus.

 

Aucun dogme aussi séduisant soit-il ne peut donc se substituer à la réalité et aux principes. Notre assemblée nationale, déjà composée des protagonistes de la crise politique permanente, n’a été qu’une chambre d’enregistrements et n’a soutenu aucune proposition de loi dans l’intérêt majeur de notre peuple. Ce sont toujours les gouvernements qui ont présenté des projets de lois. Alors rien n’urge, après le retard accumulé, pour organiser des élections non consensuelles dans une période de larges désillusions, de méconduites, de vifs ressentiments et de désordres.

Après tous les efforts pour être au conseil de sécurité de l’ONU,  pour se vanter de la reprise de la coopération avec les institutions supranationales et autres pays étrangers et pour se prévaloir d’un esprit d’ouverture et de réconciliation nationale, le Président Faure Gnassingbé va-t-il se laisser manipuler ou se compromettre pour faire organiser des élections iniques, en provoquant de nouvelles violences, un nouveau retard du pays et la réprobation de la CEDEAO et de L’Union Européenne ? Avec les combinaisons bâtardes et politiciennes actuelles, une bonne partie de la population saisira l’occasion pour s’opposer vivement à l’organisation des élections prévues.

Ayant seul prêté serment conformément à l’article 64 de la constitution en vigueur et se référant aux dispositions des alinéas 6, 7 et 8 dudit article, s’il advient encore que le sang et les larmes des togolais coulent, le Président Faure Gnassingbé sera tenu définitivement pour le premier et grand responsable. Le PRR l’appelle à convoquer un dernier dialogue inclusif pour libérer les forces progressistes et conduire dans la paix le relèvement national et moral. C’est la voix du peuple et c’est la voix de Dieu.

Date : 11 Juin 2013

 Nicolas LAWSON

Président du PRR

Copie : Président de la République, Ambassadeurs et Presse.

 

Repost 0
Published by Adokposé - dans Politique
commenter cet article
4 juin 2013 2 04 /06 /juin /2013 13:41

 

Photo-4-UMP.jpgEn cette période difficile et d’incertitude pour la plupart des peuples du monde où raisonnablement  notre classe politique doit transcender les postures partisanes, les intérêts personnels et éviter de laisser le régime des partis étaler sa nocivité, elle lève plutôt sur notre peuple les plus exécrables prétentions et surenchères. Leurs fractions discordantes exploitent les ferments de divisions de notre société pour satisfaire leurs appétits dévorants. Incapables de promouvoir et d’entretenir un état de démocratie apaisée et consensuelle, ces élites politiques et sociales mutilent les bases de l’Etat, désorganisent la société et laissent s’accumuler des retards qui compromettent notre avenir. Nous vivons donc une sorte de liberté dépravée, dont l’usage est commun aux animaux comme aux hommes. C’est ce qui caractérise notre pseudo-démocratie, qui est une forme de tyrannie et d’entrave à la paix sociale et au développement. Cet aveuglement tragique nous conduit en roue libre vers le chaos.

C’est  par ce jeu de fourberie dans lequel se noue et se dénoue sans relâche l’écheveau des intrigues et des forfaits de toutes sortes que nos compatriotes de la CENI préparent le pays à vivre de nouveaux soubresauts violents. Incontestablement, leur inconséquence sera funeste et prolongera l’interminable crise politique que le peuple togolais subit depuis 1990.  Le Togo du passé, du présent et de l’avenir commande au Président Faure Gnassingbé de reprendre en main vigoureusement la barre du navire en perdition et de ramener à l’ordre ceux qui mettent en péril la paix sociale, la concorde nationale, la stabilité politique et la dignité nationale. L’homme 700d’Etat est toujours seul face au destin et seul comptable devant l’histoire des égarements de ses collaborateurs. Il est effrayant de constater le manque de discernement de certains de nos compatriotes, qui sabotent la politique d’ouverture, de recherche de consensus et de réconciliation indispensable à la paix et au progrès économique du pays.

Le PRR affirme solennellement ici que la providence est encore favorable au Président Faure Gnassingbé. Nous le conjurons de faire arrêter la dérive de la CENI et d’appeler une dernière fois la classe politique à un dialogue inclusif, en prenant à témoin le peuple togolais et la communauté internationale. Ainsi, il évitera que le sang de nos compatriotes ne coule à nouveau et le flambeau que la providence met à sa portée lui servira pour éclairer l’horizon et renverser le cours néfaste des événements. Que Dieu nous inspire et nous protège.

Nicolas LAWSON

Président du PRR

Repost 0
Published by Adokposé - dans Politique
commenter cet article
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 15:11

 

lawson_biblioth_que.jpgNous sommes à un moment très troublé de notre histoire. Mais nous continuons à parsemer la route de notre avenir de pierres d’achoppement et à l’ensemencer de périls. Le Parti du Renouveau et de la Rédemption (PRR) appelle tous les patriotes à ouvrir urgemment les vastes réservoirs de courage, de bonne volonté, de tolérance, de raison et d’humilité, qui sont bloqués par les murailles apparemment impénétrables des divisions politiques et des ambitions personnelles et partisanes. Nous devons impérativement pousser l’élan de nos âmes vers la paix civile, la fraternité, la justice sociale, la solidarité et l’unité nationale. Ce n’est pas le temps de pérorer avec volubilité sur des dogmes désuets et de raviver les ressentiments. Le commandement de DIEU est de nous aimer les uns les autres. C’est la seule voie de salut sinon notre aveuglement actuel nous conduira à une profonde destruction de notre société, à la damnation et à reculer cent ans en arrière. Cette exhortation exprime une nécessité péremptoire si nous voulons sauver le TOGO.

L’usage tragiquement mauvais du pouvoir et de la liberté et notre incapacité à utiliser pleinement notre discernement sont entrain de nous détruire. Nous devons promptement nous élever au-dessus de nos intérêts personnels et de partis. Le PRR lance à toute la classe politique togolaise et à leurs cohortes la sollicitation impérieuse à la tolérance, au jugement sain, à la compassion pour la masse en souffrance et à l’amour de la vérité et de la justice. Nos vies ne doivent pas continuer à être une tragique élégie cosmique comme c’est le cas depuis 1990 avec des drames, des crimes et des adversités de toutes sortes. Il s’agit aujourd’hui plus que jamais d’aider le Président de la République à satisfaire en totalité les revendications de la STT, à restaurer l’autorité de l’Etat et à refonder une nation unie, paisible, juste et prospère. C’est par de l’intelligence et de la bonté que nous dépasserons cette sordide faiblesse de la crise politique permanente et destructrice.

Trop de togolais souffrent et notre pays régresse gravement.  Si nous continuons à nous diviser, à nous combattre, à nous draper de faussetés évidentes, nous ne laisserons qu’une société de souffrance humaine, d’indignité, de désordre politique et sociale et de désillusion.  Il faut un mal plus grand pour vaincre un mal existant. Il faut un plus gros mensonge pour supplanter un autre mensonge. Mais le bien arrive à vaincre les maux et la vérité finit par triompher des mensonges. C’est en étant unis, dévoués et conciliants que nous règlerons les lourds problèmes du chômage massif de nos jeunes, de la dégradation de nos universités, de nos écoles, de nos hôpitaux, de nos cadres de vie, des bas salaires, de la pauvreté ambiante, etc.

La victoire d’un camp contre l’autre camp n’est pas la solution. Nous devons transcender cette tragique dichotomie du pouvoir d’un côté et l’opposition de l’autre coté, qui creuse le fossé dramatique et douloureux entre ce qui doit être et ce qui est. Les conséquences désastreuses de cette lutte politicienne dévorante sont les incendies des marchés de Kara et de Lomé, la mort sans arrêt de nos jeunes gens, la déstabilisation et la paupérisation continuelle de notre société et des incertitudes anxiogènes sur notre avenir.

Le PRR suggère au Président de la République de poursuivre en renforçant la politique d’ouverture et de favoriser la mise en place d’une CENI consensuelle avant l’organisation des prochaines élections. Notre parti l’aidera dans cette voie car le pays ne peut être viable quand ses enfants se déchirent et vivent mi-esclaves et mi-libres. Nous avons tous des droits inaliénables à la vie, à la dignité, à la liberté et à la poursuite du bonheur.

Le PRR convie le peuple togolais à épouser sans défaillance la cause sublime de la fraternité humaine, de la tolérance et de l’unité nationale. Que Dieu nous pardonne nos fautes, nous éclaire, protège notre pays, fasse de nous des thermostats qui transforment et règlent la température pour une société paisible, stable, unie et prospère.

 

Nicolas LAWSON

Président du PRR

Repost 0
Published by Adokposé - dans Politique
commenter cet article
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 16:26

Lomé, le 16 Janvier 2013

A

Madame Angèle D. A. AGUIGAH

Présidente

CENI

LOME

Objet : Votre invitation

 

Madame la Présidente,

 

Par une lettre référencée N° 011/2012/P/CENI en date du 4 Janvier 2013, vous invitez notre parti à une rencontre avec les membres de la CENI le mercredi 16 Janvier 2013 à 9h.

 

D’emblée, je vous dis que notre parti ne reconnaît pas la légitimité de l’organe que vous présidez. Vous ayant connu dans le cadre du CPDC rénové, je peux affirmer avec certitude que vous faites partie de nos compatriotes qui minent la cohésion sociale, la paix civile et la stabilité politique de notre pays. Sous le couvert de représentante de la société civile, vous étiez en pointe pour saboter le travail d’intérêt national que nous devions faire pour l’apaisement et le bien de notre mère-patrie. Ainsi comme tous ceux qui ont floué le défunt Président Eyadema et qui ont sournoisement saboté son œuvre puis  plongé notre pays dans une crise tragique et longue, vous constituez désormais, avec de nouveaux parvenus, l’avant-garde de sabordage de l’indispensable œuvre de réconciliation nationale et de renouveau.


Madame la Présidente, comment ne pouvez-vous pas comprendre qu’aucun dogme, fut-il constitutionnel, ne peut prévaloir sur la paix civile, la stabilité politique et l’unité nationale ?

Que cherchez-vous dans la vie pour ignorer qu’aucune disposition de l’article 100 de la constitution en vigueur ne permet à la cour Constitutionnelle de légitimer une Assemblée nationale délégitimée par les errements de la coterie funeste dont vous êtes une représentante atypique ? L’organe que vous présidez ne peut être ni légitime ni fiable pour organiser des élections transparentes, libres et équitables. Il est fondé par la bêtise humaine et sur l’iniquité. Vous êtes décidément non seulement une belligérante dans le conflit politique qui déchire notre société mais également une nuisance pour la paix civile et pour Mr Faure Gnassingbé que vous prétendez servir. Votre aveuglement à organiser des élections dans les conditions actuelles dans le pays va cristalliser et transformer toutes les frustrations en aigreur, en ressentiment et en violences.


Il est de l’intérêt supérieur de la nation de réorganiser un dialogue pour trouver un compromis indispensable à la restauration d’un climat d’apaisement et de confiance dans le pays afin de légitimer tout ce qui se fera politiquement, socialement, économiquement et électoralement. Cela ne dépend pas de vous mais exclusivement de Mr Faure Gnassingbé. Sachez donc que l’organe que vous présidez n’organisera pas les élections au Togo ? Si vous persistez alors vous serez responsable des violences qui vont se produire et vous en répondrez.


Veuillez trouver ici, Madame la Présidente, l’expression de mes sentiments patriotiques.

 

Nicolas LAWSON

Président du PRR

Repost 0
Published by Adokposé - dans Politique
commenter cet article
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 19:32

Les sinistres par le feu à Kara et à Lomé sont effroyables,  affolants et accablants. Ce sont des tragédies insupportables dans cette période anxiogène de misère et de souffrance répandue. Au PRR, nous sommes très affligés et déconcertés dans notre impuissance à aider directement nos mères, nos épouses, nos sœurs et nos frères  qui sont les victimes des désastres.

 

Nous en appelons à ceux qui sont en charge de la direction du pays et les invitons à décréter un plan d’urgence humanitaire. L’Etat a l’obligation de constituer exceptionnellement une assurance sinistre d’au moins 300 Milliards de FCFA et d’élaborer avec les banques nationales une ingénierie globale et structurante permettant la reconstruction rapide des marchés et  une indemnisation productive à toutes les victimes. Le rude coup porté à notre économie informelle, qui représente les 2/3 de notre économie réelle, peut être funeste à notre progrès, à la paix civile et à la stabilité politique.

 

Nous devons utiliser sans délai notre génie national, dans cette période de calamité, pour restructurer notre société et notre économie afin de parvenir à l’intégration de 25 à 30% de l’économie informelle dans l’économie formelle.  Nous réaffirmons à nouveau que nous ne serons délivrés du poids accumulé de nos fautes et de nos crimes que si nous permettons au dynamisme de Dieu de régner dans nos esprits et dans nos cœurs. Il n’y aura de Renouveau au Togo que s’il y a la Rédemption. C’est donc dans une unité de dessein, c’est-à-dire dans l’entraînement à la vérité, l’amour du prochain et de la mère-patrie et la justice sociale, que nous parviendrons à extirper le cancer mortel de nos divisions, de nos intolérances, de nos crimes, de nos ressentiments et de nos corruptions.

 

Il est impératif de former un gouvernement de salut public pour le renforcement de notre unité nationale et pour le redressement économique et social. Ce n’est qu’à cette condition que nous aurons la paix et la sécurité pour tous  et que nous réussirons dans la lourde tâche de rectification régénératrice de notre société. Il y a un changement de front de la planète. Chacun doit comprendre que la force ne crée pas le droit et que la force du mal ne peut pas toujours vaincre la force de l’esprit et du bien. La grande partie du malheur dont nous faisons la cruelle expérience vient de notre mauvais usage du pouvoir et de la liberté.

 

Le PRR appelle tous les togolais à s’engager dans une lutte positive pour la démocratie et à prendre l’offensive en faveur de la justice, de la vérité, de la solidarité et de l’unité nationale. Si nous témoignons désormais d’une sage modération et d’une calme intelligence, nous réussirons à résoudre les graves problèmes créés par les sinistres de Kara et de Lomé et nous parviendrons à transformer fondamentalement notre société et à éradiquer la misère ambiante. Que Dieu nous pardonne nos errements, nous inspire et nous protège.

Nicolas LAWSON

Président du PRR

Repost 0
Published by Nicolas LAWSON - dans Politique
commenter cet article
25 décembre 2012 2 25 /12 /décembre /2012 13:09

 

 

 

 

En cette période solennelle de fin d’année, le PRR souhaite un nouveau départ pour notre pays en 2013. Sans la bénédiction de Dieu Tout-puissant, nous ne pouvons rien faire de bien, de grand et de beau. Nous avons besoin de paix, de concorde, d’unité, de solidarité, d’humilité et de compassion pour œuvrer au redressement de notre mère-patrie accablée. Aussi, dans ces moments troublés et difficiles que nous traversons, nous prions avec ferveur que l’Eternel nous éclaire dans nos expressions et dans nos actions afin de pouvoir délivrer la majorité de notre peuple de la misère, de l’intolérance et de redonner aux uns et aux autres l’espoir et la joie de vivre.

 

 

 

Pour le plus grand nombre parmi nous, la vie est un tourbillon incessant de déceptions et de malheurs. Des millions de nos frères et sœurs vivent toujours avec leurs rêves détruits et leurs projets arrêtés. Le PRR prie pour que cette souffrance rédemptrice débouche sur une espérance infinie. Il nous invite à ne pas nous laisser enliser dans les sables mouvants de nos intérêts personnels, de la révolte destructrice ou dans un fatalisme d’une froide indifférence. Il appelle nos compatriotes au sens de l’humanité et à la nécessité d’un souci fraternel et actif pour le bien-être des autres. C’est en nous élevant au-dessus des limites étroites de nos affaires personnelles ou partisanes que nous sommes des hommes. C’est quand la nuit est assez noire que nous pouvons voir les étoiles. Nos frères et sœurs souffrent assez. Que l’année 2013 soit pour chacun de nous le temps de l’union de la tête et du cœur, de l’intelligence et de la bonté pour que la vie ne continue pas à être pour la majorité une tragique élégie cosmique.

 

 

 

Notre combat pour la démocratie est maintenant un héritage catastrophique de souffrance, de désordre politique et social et de désillusion. Que Dieu Tout-puissant nous inspire et nous aide à comprendre que ce beau pays qu’il nous a donné, nous devons travailler ardemment, nous aimer les uns et les autres, privilégier la vérité et la justice et préserver notre unité nationale pour le rendre paisible, prospère et sécurisant pour tous.

 

 

 

Le PRR travaille pour la gloire de Dieu, la grandeur de notre patrie et le bien-être de nos frères et sœurs. Que 2013 soit l’année du Renouveau du Togo.

 

 

 

HEUREUSE ET FECONDE ANNEE 2013 POUR TOUS.

 

 

 

Nicolas LAWSON

 

Président du PRR

 

Repost 0
Published by Adokposé - dans Politique
commenter cet article
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 18:43

Lomé, le 21 Novembre 2012

Excellence

Monsieur l’Ambassadeur

Ambassade de Chine

LOME – TOGO

Objet : Lettre ouverte de félicitation

Excellence,

Notre parti, le PRR, éprouve de la satisfaction et un grand honneur à adresser par votre entremise sa chaleureuse et admirative félicitation au grand peuple chinois et à ses remarquables dirigeants politiques. Le 18è Congrès du Parti Communiste Chinois (PCC), qui vient de se terminer et qui a permis de renouveler les membres de l’institution dirigeante du parti et du pays, est un modèle de démocratie et de clairvoyance.

Le socialisme chinois est l’ordre politique dans ce 21è siècle, d’inspiration pour nos pays sous-développés, propre à bannir l’oppression de la masse, à garantir le bien-être aux citoyens, à les élever à la dignité humaine, à assurer les libertés fondamentales et à préserver la stabilité politique. L’illustre homme d’Etat, Deng Xiaoping, a inventé le concept d’un pays et deux systèmes. Cette doctrine a conduit au formidable bond en avant économique et social de la Chine.

Notre parti félicite le nouveau Secrétaire Général élu, Xi Jinping, et lui souhaite un plein succès pour réaliser l’objectif de doubler le PIB par habitant d’ici dix ans, tel que l’a fixé le Secrétairelawson_biblioth_que.jpg Général sortant. Jamais dans l’histoire des hommes, aucune élite dirigeante n’a fait réaliser un progrès économique et social de l’ampleur de celui du peuple chinois au cours des 20 dernières années, tout en évitant à la masse des dislocations et des crises périlleuses. Nos pays africains doivent apprendre de la Chine pour bâtir des structures politiques adaptées à nos réalités. Le PRR est prêt à engager le moment venu avec les dirigeants chinois la réorientation de la coopération bilatérale et à contribuer à la réforme du système politique et économique mondial.

Veuillez trouver ici, Excellence, l’assurance de mes sentiments d’amitiés et de considération distinguée.

Nicolas LAWSON

Président du PRR

Repost 0
Published by Adokposé - dans Politique
commenter cet article
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 17:47

 

lawson_biblioth_que.jpgUne schizophrénie tenace caractérise le pouvoir en place. Les violences à Glidji et à Lomé cette semaine prouvent éloquemment que notre pays est à nouveau profondément divisé et s’achemine vers le gouffre. Mr Faure Gnassingbé et ceux, qui se servent de lui, professent les valeurs de la réconciliation et de l’apaisement. Mais ils pratiquent pitoyablement l’exacte antithèse de ces valeurs. Comment peut-on utiliser une malheureuse princesse et ses complices pour détourner la célébration des traditions vieilles de 350 années au profit du régime et de son nouveau parti ? Pourquoi doit-on payer des jeunes à 2000 F pour organiser des marches, de la violence et du désordre ? Cette dichotomie déloyale menace notre société d’un tragique déchirement et d’une fatale instabilité.

Il est dangereux de faire des plaidoyers fervents pour le dialogue et la réconciliation mais d’alimenter les divisions et d’ériger les injustices sociales en mode de gouvernance. Le PRR rappelle à l’ordre les forces du mal qui entraînent le pays vers le chaos économique, social et politique. L’histoire est encombrée des ruines des nations dont les fils étaient divisés.

Il revient encore à Mr Faure Gnassingbé d’arrêter la frénésie et la divagation avant qu’il ne soit trop tard. Sans la préservation de l’unité nationale, la restauration de la justice sociale, de l’ordre, de la discipline et de l’autorité de l’Etat, une fêlure funeste s’étendra durablement dans le pays. Le PRR lance un appel lancinant à l’arrêt de l’aveuglement tragique en cours et à la rectification régénératrice.

Nicolas LAWSON

Président du PRR

Repost 0
Published by Adokposé - dans Politique
commenter cet article
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 01:31
Madame et Monsieur les Représentants
Union Européenne & PNUD
LOME – TOGO
 
Madame et Monsieur les Représentants,
Notre parti a reçu une lettre de Mr Kwesi Seléagodji AHOOMEY-ZUNU nous invitant à des concertations et des discussions. Il est indiqué dans cette lettre que la Délégation de l’Union Européenne et le PNUD sont invités en qualité de témoins car ils accompagnent activement notre pays dans la conduite des réformes relatives à la gouvernance et aux processus électoraux.
Nous vous avons rencontrés dans le cadre du CPDC rénové, créé par décret pris en conseil des ministres, pour vous exposer les réformes constitutionnelles, institutionnelles et des questions électorales que nous avions soumises au Premier Ministre Gilbert HOUNGBO. Le Chef de l’Etat a intentionnellement fait fi de nos travaux. Il a alors créé un second cadre  informel entre le gouvernement, le RPT, le CAR et l’ANC demeuré délibérément infécond. Il apparaît ainsi dans les actes du Chef de l’Etat la marque de la fausseté d’esprit ou d’une habileté détestable de la conscience cherchant toujours à duper. Vos institutions ne doivent en aucun cas et pour aucune raison servir de couverture à un régime infâme né d’un attentat monstrueux et qui se pérennise par les fraudes électorales, les violences de toutes sortes et la fourberie.
Le nouveau Premier ministre a été investi à l’Assemblée nationale par 66 députés sur 81, soit plus que la majorité qualifiée de 65 députés (4/5) pour adopter les réformes constitutionnelles et institutionnelles proposées par le CPDC et le CPDC rénové. Le piège vulgaire et malicieux d’un nouveau dialogue avec l’opposition est un nouvel essai de roublardise d’un régime singulièrement suranné, machiavélique et funeste. Notre parti affirme qu’il est impératif de former un nouveau gouvernement dirigé par un opposant avant l’organisation des élections législatives et locales.  Car un gouvernement, qui coupe les communications téléphoniques pendant des heures pour arrêter un ancien ministre pour une affaire d’escroquerie, qui transforme la gendarmerie nationale en tribunal et survit dans le déguisement, la forfaiture, l’imposture, etc, n’est ni fiable, ni estimable ni républicain. Nous vous demandons expressément de ne pas participer aux manigances d’un tel gouvernement.
Veuillez trouver ici, Madame et Monsieur les Représentants, l’assurance de notre considération distinguée.             
Nicolas LAWSON
Président du PRR  



Repost 0
Published by Adokposé - dans Politique
commenter cet article
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 22:59

Lomé, le 10 Septembre 2012

 

Madame et Monsieur les Représentants

Union Européenne & PNUD

LOME – TOGO

 

Madame et Monsieur les Représentants,

Notre parti a reçu une lettre de Mr Kwesi Seléagodji AHOOMEY-ZUNU nous invitant à des concertations et des discussions. Il est indiqué dans cette lettre que la Délégation de l’Union Européenne et le PNUD sont invités en qualité de témoins car ils accompagnent activement notre pays dans la conduite des réformes relatives à la gouvernance et aux processus électoraux.

Nous vous avons rencontrés dans le cadre du CPDC rénové, créé par décret pris en conseil des ministres, pour vous exposer les réformes constitutionnelles, institutionnelles et des questions électorales que nous avions soumises au Premier Ministre Gilbert HOUNGBO. Le Chef de l’Etat a intentionnellement fait fi de nos travaux. Il a alors créé un second cadre  informel entre le gouvernement, le RPT, le CAR et l’ANC demeuré délibérément infécond. Il apparaît ainsi dans les actes du Chef de l’Etat la marque de la fausseté d’esprit ou d’une habileté détestable de la conscience cherchant toujours à duper. Vos institutions ne doivent en aucun cas et pour aucune raison servir de couverture à un régime infâme né d’un attentat monstrueux et qui se pérennise par les fraudes électorales, les violences de toutes sortes et la fourberie.

Le nouveau Premier ministre a été investi à l’Assemblée nationale par 66 députés sur 81, soit plus que la majorité qualifiée de 65 députés (4/5) pour adopter les réformes constitutionnelles et institutionnelles proposées par le CPDC et le CPDC rénové. Le piège vulgaire et malicieux d’un nouveau dialogue avec l’opposition est un nouvel essai de roublardise d’un régime singulièrement suranné, machiavélique et funeste. Notre parti affirme qu’il est impératif de former un nouveau gouvernement dirigé par un opposant avant l’organisation des élections législatives et locales.  Car un gouvernement, qui coupe les communications téléphoniques pendant des heures pour arrêter un ancien ministre pour une affaire d’escroquerie, qui transforme la gendarmerie nationale en tribunal et survit dans le déguisement, la forfaiture, l’imposture, etc, n’est ni fiable, ni estimable ni républicain. Nous vous demandons expressément de ne pas participer aux manigances d’un tel gouvernement.

Veuillez trouver ici, Madame et Monsieur les Représentants, l’assurance de notre considération distinguée.             

Nicolas LAWSON

Président du PRR

Repost 0
Published by Adokposé - dans Politique
commenter cet article

Articles Récents

Liens