Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

27 juillet 2017 4 27 /07 /juillet /2017 11:38

BULLETIN DE PRESSE DU  15 Juillet 2017 : L’Etat togolais est en banqueroute globale.

C’est un lieu commun d’affirmer que notre pays est en faillite politiquement, économiquement, socialement, culturellement et moralement. Celui qui a régenté notre nation pendant 38 années a sûrement cerné notre caractère national. Nous reculons à vive allure dans un cynisme criminel des naufrageurs de la patrie. Ces factions impudentes, que l’on trouve parmi ceux qui se partagent le pouvoir, dans l’opposition et dans la société civile, ont un caractère prédominant fait d’un mélange de vanité, d’intrigue, d’audace dans le crime, de fausseté, de vénalité et de corruption. Le philosophe a raison d’écrire que la servitude est volontaire. Ainsi, il n’y a pas de corrupteurs sans corrompus. C’est donc grâce aux fossoyeurs de la patrie que le système en place prospère et asservit la République. Dans toutes les catégories sociales, les hommes et les femmes sans honneur, sans parole et sans honte se mettent en première ligne. Ils mentent comme ils respirent et ils ont infecté toute la société.

Les soi-disant opposants vrais ne combattent les hommes du pouvoir que pour se mettre à leurs places. Ils ne cherchent pas à affranchir la masse du peuple du joug de la tyrannie, des préjugés en vogue, des ignorances, des tares héréditaires et de la misère ambiante. Ils se battent afin de pouvoir se livrer librement à leur tour à la fougue de leurs basses passions et ils me combattent en me calomniant pour effacer de l’esprit de la masse du peuple les idées libératrices de justice sociale, de probité et de vertu que je professe.  Qu’ils sachent qu’une révolution ne sera pas un jeu de hasard dans lequel la victoire reviendra aux plus rusés et aux plus fripons. Je les connais et j’observe avec dégoût leurs menées abjectes pour acquérir la fortune et retenir une ombre de pouvoir. Ils ont ourdi depuis des décennies des complots contre notre patrie, ont agi de concert avec des étrangers, particulièrement un tyran étranger et sa valetaille, et se sont ligués involontairement contre la République togolaise. C’est ce qu’ils appellent l’Accord Politique Globale (APG) auquel ils sont attachés comme leur dernier salut.

De nos jours et dans notre pays, les gens mentent sans scrupule, donnent de faux rendez-vous et font de fausses promesses sans aucune conscience morale. Nos concitoyens ont perdu les sens de la solidarité et de la compassion. Les travailleurs se battent pour leurs intérêts catégoriels et sans le soutien des autres catégories. Les enseignants se battent sans le soutien des étudiants. Ces derniers se battent sans le soutien des élèves, etc. Les dirigeants mendient  sans vergogne et sans dignité. Ils agissent de concert avec des prédateurs étrangers pour piller nos richesses au mépris du bien-être de leurs compatriotes. Ils sont cruels et sadiques. Ils ont de la jouissance en voyant ceux qui les critiquent souffrir et ils les attirent même dans des traquenards. Quelle engeance !

Les commentateurs à peine lettrés se rangent derrière les factions et barbotent dans leurs fanges. Ils ont tous trouvé de nouveaux fonds de commerce, qui sont les réformes constitutionnelles et institutionnelles et la décentralisation. Alors que c’est à une réforme entière de la société et des mœurs à laquelle il faudra procéder pour le salut de nous tous. Mais leur discernement n’est pas à cette hauteur. Aussi, quand je critique objectivement la révoltante immoralité des factions de boue dans le pays, je suis accusé de les insulter et mis en quarantaine. Ils ne réalisent pas le grossissement constant de l’orage qui fond sur la République, lourdement endettée et sans perspective. Heureusement qu’il y a encore des gens droits  au Togo, qui suscitent la miséricorde divine. C’est pourquoi,  je ne tiens pas à flatter la multitude en secondant ses caprices. Parce que, comment peut-on comprendre que le peuple, qui demande que les opposants soient unis pour chasser ou vaincre les tyranneaux qui ruinent le pays, soit lui-même aussi divisé et s’adonne au chacun pour soi ? Pourquoi les travailleurs de la SNPT (phosphates) ne sont-ils pas solidaires de ceux de WACEM (ciment) ? Pourquoi les étudiants n’avaient-ils pas soutenu les enseignants en grève pour des revendications légitimes ? Quelle souffrance morale pour ceux qui ont une conscience ou qui ont le sens de l’humanité de vivre dans une société dont le narcissisme des habitants est porté à un tel paroxysme ? Comment peut-on y faire triompher les principes démocratiques sans une certaine violence des consciences ? Face à un pouvoir sauvage, il faut des humanistes  et des patriotes. Mais il faut beaucoup de recherches pour en trouver au Togo.

Dieu est vérité et justice. C’est pourquoi, j’exerce le sacerdoce de l’une et de l’autre. Les incultes et les impies peuvent toujours m’outrager et blasphémer. Puisque c’est Orphée qui a civilisé les peuples sauvages, ils disparaîtront sans réaliser que je suis venu pour servir la gloire de Dieu, la grandeur du Togo et élever tous les togolais à la dignité humaine. Pensent-ils que je suis prétentieux ou fou ? Si c’est oui pour ceux qui sont dépourvus de connaissance et de jugement, y’a-t-il jamais eu un grand changement dans l’histoire humaine sans que cela soit l’œuvre d’un rêveur ou d’un fou ? Le PRR, dont le symbole est un livre ouvert avec une page qui tourne, incarne la foi et le savoir. Il a été créé pour le salut public, la sûreté générale et pour l’élévation de tous les togolais à la dignité humaine. Il ne peut donc être partisan ou ostraciser. Ma mission est un devoir difficile car elle est une ardente obligation divine. Je m’y consacre malgré le fait que beaucoup de nos compatriotes se sont fait des habitudes  et des prétentions inconciliables avec le bien-être et les droits de tous. Mais je ne vais pas sacrifier le salut national aux vices de ce groupe. Ce serait trahir ma vocation et manquer de vertu et de foi. Je remercie Dieu qui m’aime et m’a toujours protégé. Qu’il éveille des millions d’esprits et qu’il veille sur notre patrie bien-aimée.

Nicolas LAWSON

Président du PRR

Repost 0
Published by Adokposé - dans Politique
commenter cet article
27 juillet 2017 4 27 /07 /juillet /2017 11:36

COMMUNIQUE DE PRESSE : DU CHANGEMENT AU REDRESSEMENT NATIONAL.

Notre pays, après avoir signé un accord avec le FMI, il y’a environ 10 ans, pour l’achèvement du PPTE et obtenu une remise de sa dette, la réduisant à 20% de son PIB, vient de connaître une chute brutale car la dette nationale est actuellement de 81% de notre PIB officiel. La rémission a été de courte durée. Avec la corruption généralisée, les détournements massifs des ressources nationales et les évasions fiscales, le pays est à nouveau sinistré économiquement et retourne sous le contrôle du FMI. En passant du PAS au PPTE puis actuellement à la FEC (Facilité Élargie de Crédit), il faut reconnaître que nos dirigeants politiques sont décidément inaptes à assurer la souveraineté, le progrès économique et social du pays et le bien-être de la population.

Comment peut-on comprendre et admettre qu’un pays dont la diaspora transfert réellement entre 250 et 300 milliards de FCFA par an dans l’économie nationale, que l’Etat de ce pays soit amené à le mettre sous tutelle du FMI  pour obtenir un crédit de 241,5 millions de Dollars, soit l’équivalent de 144,9 milliards de FCFA sur une période de deux (2) ans (2017 – 2019) ? Ceux, qui estiment que les africains ne sont pas entrés dans l’histoire ou ne sont pas civilisés, ne vont-ils pas se réjouir d’avoir raison à cause de ce lamentable échec ? Quand vous dépendez des autres, qui décident économiquement pour vous, vous êtes un incapable majeur et vous ne pouvez prétendre être indépendant. Voilà la triste réalité et qu’importe votre suffisance, votre dignité est bafouée. Nous en sommes tristes et malheureux pour notre patrie et notre peuple ainsi foulés aux pieds.

Nos élites politiques ignorent que le capital est la force qui augmente la productivité de la main-d’œuvre et qui crée la richesse des nations. C’est le fluide vital du système capitaliste et le fondement du progrès. Elles semblent incapables non seulement d’appréhender les activités caractéristiques d’une économie capitaliste mais aussi foncièrement corrompues et complices des prédateurs étrangers, qui détournent nos ressources nationales. Nous avons suffisamment de biens physiques pour réussir à développer notre pays. Nos ressources sont immenses et peuvent s’élever à plus de 150 fois le montant total des aides réelles et des investissements étrangers dans notre pays depuis notre pseudo-indépendance. Nos élites et nos populations n’arrivent pas à saisir la réalité de ce que j’appelle les capitaux morts et ne se représentent pas  leurs potentiels pour transformer rapidement notre économie et notre société. Nous sommes entourés de biens qui recèlent du capital invisible. C’est tout comme si nous avons des téléviseurs mais que nous n’avons pas de décodeurs pour décoder les ondes des télévisions qui nous environnent.

Nos politiciens et ceux qui constituent ce qu’on appelle la société civile, etc, ne sont intéressés que par la démagogie politique et les palabres inutiles qui créent des conflits, des divisions et de la misère. Au Togo comme ailleurs en Afrique, nous ne développons que des inégalités sociales choquantes, des économies souterraines, une mafia omniprésente, une instabilité politique et sociale, la fuite des capitaux, le mépris flagrant de la loi, l’oisiveté ou la paresse, la médiocrité, la suffisance et l’ignorance sur une grande échelle. Le temps est venu où il faut intégrer les pauvres dans l’économie formelle pour produire et créer du capital. Une telle dynamique dans la société va libérer les aspirations et les énergies des gens ordinaires comme jamais auparavant pour créer du capital et développer notre économie nationale. Nous devons développer cette culture populaire de la productivité et de la production. C’est la grande bataille pour sauver notre patrie et instaurer une véritable indépendance nationale.

N’étant pas encore au pouvoir, je ne renonce pas à mes intuitions et à mon flair. Je reste le Ministre de la pensée dans le pays, chargé à plein temps de la bataille des idées et de la proposition de projets de société. Il y a eu le miracle asiatique. Les occidentaux se demandent comment tant de pays en Asie sont parvenus simultanément à s’élever si haut et si vite ? Ces pays n’ont connu qu’une croissance généralement supérieure à 6% par an sauf la Chine qui a connu plus de 10% de croissance par an, désormais normalisée autour de 8 et 7%. Mais nos pays africains aussi ont connu ces dernières années des croissances supérieures à 6%. Alors pourquoi nous ne nous développons pas ; que la misère est si importante sur le continent et nos agrégats si misérables ? N’est-ce pas parce que nous ne sommes pas acharnés au travail ou que nos dirigeants sont corrompus ? Doit-on attribuer nos retards au Togo  à nos structures économiques, à la taille de notre marché, au pouvoir d’achat de nos travailleurs, à la pagaille politique, à notre histoire ou à nos traditions culturelles ?  Notre conception de l’économie ne doit-elle pas changer et ne devons-nous pas arrêter de faire que de la politique politicienne pour consacrer nos intelligences et nos énergies à chercher les moyens de développer d’abord notre pays ?

Il n’y a eu nulle part un pays qui s’est développé parce qu’elle a d’abord été démocratique. Pourquoi n’arrivons-nous pas à connaître la loi de la faim et celles de la dignité et de la solidarité humaines ? Le moment n’est-il pas venu de passer au redressement économique et à une croissance économique réelle et soutenue ? Quelle est cette tare de notre société où on crée des partis politiques au lieu de créer des entreprises ? Pourquoi ceux, qui accèdent au pouvoir politique par la fraude et les violences, empêchent-ils les opposants d’entreprendre librement et de prospérer ? Comment peuvent-ils développer le pays et le libérer de la domination étrangère ? N’ont-ils aucun sens de la dignité et de patriotisme ? N’ont-ils pas peur de Dieu et de leur réputation sur leur descendance ?

Nous devons urgemment développer une éthique fortement axée sur les valeurs du travail, de la solidarité humaine, de la dignité et de la justice sociale. Nous devons avoir une culture du développementalisme et abandonner notre délire ou notre hystérie démocratique et partisane. Le gouvernement actuel a mis le pays en banqueroute totale par une faillite frauduleuse et bien organisée par une minorité crapuleuse, cynique et incompétente. Passer d’une dette à 20% de notre PIB à plus de 81% en moins de 10 ans est une vaste escroquerie et un ratage sans précédent dans l’histoire. Nos opposants, qui se sabotent et se complaisent à ne réclamer que des réformes politiques, sont complices dans ce fiasco retentissant et humiliant pour notre dignité nationale.

La construction d’une nation et d’une identité nationale est un devoir et une revanche indispensables sur l’esclavage et la colonisation ; mais hélas ! Nos élites politiques et sociales corrompues et incultes ne parlent que de l’assistance de la communauté internationale  pour nous sauver du désastre qu’elles créent. Quel malheur ! Nous n’avons ni plan ni une conscience nationale. Le PRR propose en vain une gouvernance par objectifs et les moyens pour les atteindre. Mais nos politiciens préfèrent les délices de la démagogie politique et les logorrhées tactiques. Le pouvoir du peuple est confisqué par des opposants marchands, vulgairement et impudemment chicaneurs.

Je réaffirme ici que nous ne sortirons de l’assujettissement et nous ne vaincrons la pauvreté que par le travail et la discipline. Je sonne encore le tocsin pour le ressaisissement du Chef de l’Etat avant qu’il ne soit trop tard. Je demande le réveil et le discernement de notre peuple pour qu’il prenne son destin en main. Le changement est possible et souhaitable sans délai. Nous pouvons redresser notre pays économiquement, socialement et culturellement, en bandant toutes nos énergies et en utilisant nos intelligences et notre génie.  Nous n’avons besoin que de nous-mêmes. Il nous faut mettre un terme en urgence aux répressions, aux inégalités, à l’impunité et à la corruption du système en place. Il nous faut retrouver cette conviction profonde dans les bienfaits de l’éducation. Nous devons aussi reconstruire nos marchés de Lomé et de Kara plus grands et modernes.

Faisons une introspection douloureuse mais profonde pour comprendre les causes de notre désastre actuel. Il est impératif de dépolitiser notre société et de la purger moralement de ses travers et de nos crimes. Nous devons sans tarder remettre notre peuple au travail pour produire de la richesse et éradiquer la pauvreté. C’est la seule voie pour le redressement national et le salut public. Je crois au ressaisissement et à la rédemption de tout homme. Que Dieu nous inspire et protège notre pays.

Fait à Lomé : le 27 Juillet 2017

Nicolas LAWSON

Président du PRR

Repost 0
Published by Adokposé - dans Economie
commenter cet article
14 juin 2017 3 14 /06 /juin /2017 00:32

COMMUNIQUE DE PRESSE DU 12 JUIN 2017

REPENTANCE ET MISERICORDE DIVINE POUR UN CHANGEMENT POSITIF ET POUR L’ALTERNANCE

Nous vivons un moment où nous devons avoir la foi et témoigner d’une sage modération et d’une raison calme. Je me rappelle du processus ayant conduit à l’accord du 12 Juin 1992 entre le pouvoir togolais et l’opposition radicale. Avec le souvenir de cette période, je viens rappeler que la haine, l’hystérie et les postures d’agitations politiciennes ne sont pas les réponses décisives aux égarements tragiques des dirigeants. Ceux, qui s’étaient engagés dans le combat partisan et personnel ont tous échoué. Ils sont devenus les complices ou les faire-valoir du pouvoir en place. C’est donc nécessairement une lutte positive pour la démocratie, qui doit être notre principale défense contre l’arbitraire et la tyrannie du système pervers et dégradant, qui avilit l’homme, affame la masse populaire et abaisse notre patrie. Le temps est arrivé pour les patriotes de prendre ensemble l’offensive en faveur de la justice, de la vérité et du droit.

J’avais mis en garde les délégués à la Conférence nationale souveraine contre la nocivité de la multiplicité des partis politiques et le risque des affrontements violents s’il se manifestait un excès de radicalisme d’un côté et une forte résistance au changement de l’autre côté. J’avais relevé qu’il était inapproprié de citer MIRABEAU, un anticlérical notoire de la Convention française, en proclamant goulûment que nous étions dans la salle par la volonté du peuple et que nous n’en sortirions que par la force des baïonnettes. L’histoire nous a enseignés comment la Convention avait accouché des guillotines, de la barbarie, des violences sanglantes, des révolutions de 1830, de 1848 et de la Commune de Paris en 1870. Je n’ai pas non plus été écouté quand j’avais averti les hauts conseillers du HCR contre les dangers de la verbeuse démagogie et de la cupidité pour le gain facile. Notre propension à la division n’a d’égales que celles de notre avidité et de la calomnie des autres.

Au Grand marché de Lomé et au marché de la ville d’Aného où je prévenais contre les mauvais présages et la future trahison du Yovovia, des femmes en colère m’avaient jeté de l’eau pourrie et de l’huile rouge.  J’avais été abondamment insulté et calomnié. En vérité, oint par Dieu Tout-Puissant, je n’ai pas été éduqué ni élevé dans les mensonges, les lâchetés et les dépravations propres au système monopartite et despotique du RPT. Je n’ai pas non plus été intoxiqué ni infecté par les ressentiments hérités des divisions entre le CUT, le PROGRES et la JUVENTO. Malheureusement, j’ai été trahi dans mon choix objectivement motivé du Premier ministre de la transition. Ainsi, j’ai été poursuivi par l’hostilité voire par la haine  de ceux dont les ambitions personnelles avaient été anéanties par mon choix.

Il n’y a pas de hasard dans cette vie. C’est ce qui était écrit qui était accompli. Je suis élu pour avoir de la prescience et pour révéler la vérité. Mais aveuglés par leurs frustrations, leurs rancœurs, leurs rancunes, leurs animosités de toutes sortes et leur ignorance, les partisans, les envieux et les incultes s’acharnent inutilement à assassiner mes caractères ou à m’éliminer. J’affirme à nouveau et sans ambages qu’il n’y aura pas de changement politique, économique et social décisif sans un changement radical de nos mentalités et de nos mœurs. Nous sommes devenus globalement trop égoïstes, pitoyablement matérialistes, infatués, cruels et vains. Il n’y a plus de solidarité dans notre société ni de la compassion. La vérité est prise pour de l’insulte. L’immoralité et les incivilités triomphent souverainement. L’Etat est devenu la proie des humanoïdes canidés, appelés la minorité et par des médiocres. Nos compatriotes au pouvoir sont devenus des êtres cyniques,  cruels et iniques.

La société togolaise a été transformée en une sorte de jungle dans laquelle prospèrent des politiciens de pacotille, qui s’agitent dans un jeu dérisoire mais ensanglanté. Malheureusement, des commentateurs corrompus et effrontés comme des acteurs sociaux impudents et éhontés se transforment en politiciens pour envenimer les algarades politiques. C’est pathétique et sinistre. C’est la nuit pour notre peuple. Mais il n’y a pas de nuit sans jour. J’appelle à la repentance, à la foi, à la vérité, à l’amour et au courage pour implorer la miséricorde de Dieu. Ce n’est pas seulement dans les églises, les temples et les mosquées que se pratique la foi et où s’enseigne l’amour du prochain. Tu ne tueras point est un commandement de Dieu. Pourquoi nos frères au pouvoir tuent-ils si facilement et favorisent aussi aisément les injustices sociales ?

Vous qui l’ignorez encore, sachez que je détiens la clé du redressement national. Seuls les aveugles, les sourds, les cœurs endurcis dans le mal et ceux qui n’ont pas peur de Dieu ne le savent pas ou font semblant de l’ignorer. La terre tourne à une vitesse de plusieurs dizaines de milliers de kms supérieure à celles des avions à réaction. Pourtant, nous croyons qu’elle est immobile. C’est pourquoi, je ne suis pas surpris par ceux qui méconnaissent encore ma mission. Je les informe que seule la foi en l’Eternel, Bon et Miséricordieux, nous aidera à bâtir la Cathédrale nouvelle de nos espérances et du renouveau dans notre société. Les forces de la vérité, de l’amour et de la justice finiront par écraser les forces du mensonge, de la fraude et des violences à l’œuvre actuellement dans le pays. Il n’y a qu’un seul Dieu. Il est puissant et bon. En redécouvrant notre foi en lui, nous réaliserons le changement et l’alternance dans la paix et l’allégresse.

La folie tragique, qui se manifeste actuellement dans notre pays, est que nous devenons de plus en plus pauvres intellectuellement et spirituellement en cherchant à devenir à tout prix et vite riches matériellement. Il s’agit de nous réadapter et de restructurer nos relations humaines et sociales. Il importe urgemment de réaliser la grande réforme de nos mœurs et de nos consciences. C’est à ce prix que nous aurons le salut. Il n’y aura pas de renouveau sans la rédemption. C’est la mission du PRR. Que Dieu veille sur nous et protège le TOGO.

Nicolas LAWSON  

Président du PRR

Repost 0
Published by Adokposé - dans Politique
commenter cet article
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 07:33

Lomé, le 22 Mai 2017

 

Excellence

Mr Faure Gnassingbé

Président de la République

Présidence de la République

LOME – TOGO

 

OBJET : Pensées pour une gouvernance d’humanisation et d’unification de notre nation

Monsieur le Président de la République,

Je viens vous rappeler que pour les hommes d’Etat, ce qui importe avant tout, c’est la condition de l’homme. Partout et ici chez nous où les togolais sont ensemble, il s’agit pour vous, avant nous tous, de rendre leurs rapports plus humains, plus dignes et plus efficaces. C’est donc la grande réforme de cette période pour élever les togolais à la dignité humaine. L’ignorance, la misère ambiante et l’impulsion de l’époque nous forcent  à transformer notre pays dans ses profondeurs et à changer fondamentalement les conditions morales, sociales et économiques de notre nation.

Je vous écris en conséquence et encore  pour réaffirmer qu’à moins que notre société ne se réédifie sous une discipline renouvelée et avec une gouvernance plus affable, plus sociable et plus juste, elle risque de se dégénérer plus profondément et très gravement. Elle est sur la voie de la haïtisation. J’ai appris et je suis convaincu que l’histoire ne fait pas de casuistique et que ses jugements sont absolus. Le 7è conseil du RPT, voulant bloquer la démocratisation de notre pays, avait provoqué la révolte populaire du 5 Octobre 1990. J’y étais pour mettre en garde les amants impénitents de l’arbitraire, de la corruption et de la dépravation intellectuelle et des mœurs. Leur aveuglement criminel avait déstabilisé le pays et avait provoqué la déchéance de Feu Gnassingbé Eyadema. Cet égarement avait coûté très cher à notre pays jusqu’à votre accession très sanglante au pouvoir en Avril 2005.

On nous avait dit que vous étiez jeune, que vous aviez fait des études universitaires à l’étranger et que votre père étant du nord et votre mère du sud, vous arriveriez à résoudre nos problèmes de divisions tribales congénitales et à dompter les démons de nos vices et atavisme. Malencontreusement, vous vous êtes entouré non seulement des pires caciques du RPT, des parvenus et des pervers se proclamant vos ami(e)s et dont la vacuité intellectuelle et le relâchement des mœurs sont funestes, mais surtout des varans étrangers qui ont fini par vous vampiriser.

Même votre subconscient s’était révolté au point de vous faire dénoncer cette minorité qui s’accapare des ressources nationales. Mais pour quelle raison, vous n’arrivez pas à mettre un terme à leur nuisance ? En effet, ces reptiles lacertiliens sont non seulement des carnivores mais aussi d’insatiables vampires. En même temps que ces sangsues sucent goulûment le sang de notre peuple, ils vous mettent sous leur totale dépendance. Sinon comment avez-vous pu nommer le pontife du monopartisme d’abord comme Premier ministre puis comme ministre d’Etat et votre conseiller spécial ?

Mr le Président de la République, regardez autour de vous. Il n’y a que des badernes, des chnoques, des gourgandines et des naufrageurs de la République. Vous n’appartenez plus aux togolais et vous les fuyez en vous refugiant permanemment à l’étranger pour aller respirer un peu d’air pur. D’ailleurs, ils vous considèrent comme un pantin et vous traitent même de petit tyran voulant s’éterniser au pouvoir. Ils vous trahissent en révélant que vous avez donné 5 Milliards de FCFA à Manuel VALLS, ancien Premier ministre de la France. Vous ne pouvez pas ignorer que certains de vos conseillers spéciaux sont les plus cruels et des fossoyeurs de notre économie nationale. Ils sont des fossiles dans la nation et si vous ne prenez garde, ils finiront par vous détruire. Mais le Togo survivra à leur fossilisation. La postérité retiendra leurs noms associés dans la poubelle de notre histoire et le désastre de leur saccage de notre société.

Sachez que nous ne vous détestons pas mais que nous détestons terriblement tous les crimes et les injustices sociales de la gouvernance de notre pays sous votre présidence. Au nom de quelles valeurs, vos ami(e)s cumulent des postes, détruisent toutes nos initiatives pour aider à bâtir le pays, détournent les crédits servant à construire des routes et autres infrastructures de développement, etc. ? Mon rôle est d’influer puissamment et positivement sur la destinée de notre patrie. Ce devoir national incomparable est aussi avant tout d’instruire la fine fleur de notre peuple pour élever ses valeurs et susciter son engagement et son dévouement. Votre prédécesseur le savait alors pourquoi vous le méconnaissez ?

Je ne suis pas un politicien ni ce qu’on appelle ici au Togo un opposant. Je suis un patriote non partisan et non sectaire. Je vous redis donc qu’il n’y a pas de gouvernement qui tienne en dehors du consentement populaire, de la justice sociale et des réalités. Je constate les faits et je les proclame au nom de la vérité et dans la foi en Dieu. Vous constaterez comme tous les autres politiciens  du pays que l’efficacité et l’ambition  de la politique ne peuvent être assurées que si elles sont conjuguées avec la force et l’espérance de l’économie. Savez-vous que le pays est en banqueroute ? Si oui pourquoi vous ne voulez pas créer le Conseil Economique et Social, pourtant prescrit par la Constitution en vigueur par son TITRE X ? Quelle est cette complicité tacite entre le pouvoir et l’opposition pour violer la Constitution en vigueur et enfreindre la loi morale et la loi civile ? N’est-ce pas s’amuser avec le destin de notre pays ? Avec légèreté et inconséquence, nos politiciens ne jouent qu’avec la question des réformes politiques, constitutionnelles et institutionnelles.

Pourtant, l’action publique doit servir avant tout à orienter d’abord l’économie pour l’avance du pays dans tous les domaines et pour l’amélioration des niveaux d’éducation et de vie des citoyens. Au contraire, votre gouvernement institutionnalise les injustices sociales, méprise les secteurs de l’éducation nationale et de la santé, dégrade notre secteur agricole, laisse polluer notre environnement et s’accommode de la prolifération de la misère partout dans le pays. Je vous suggère de faire introduire rapidement un rectificatif budgétaire à l’Assemblée nationale pour son adoption car vous n’aurez jamais les recettes de 1227 Milliards de FCFA prévues par le Budget de 2017. Si vous vous plaisez avec votre gouvernement actuel alors je vous recommande de lui faire adopter un plan de redressement national et de croissance économique. Il y a l’urgence d’une création massive d’emplois pour les jeunes en souffrance et en perdition. C’est le seul choix pour éviter l’explosion sociale.

Le temps est définitivement venu du regroupement pour l’effort collectif, en vue de travailler ensemble pour le meilleur rendement.  Vous avez encore la chance de favoriser une telle ouverture, qui changerait du tout au tout l’atmosphère dans le pays et qui donnerait à la productivité des togolais un essor considérable et aiderait à la promotion de la cohésion sociale et à la paix civile. Je vous invite à soutenir une telle évolution. L’élection D’Emmanuel Macron en France et l’évolution des mentalités doivent vous servir d’exemple pour ne pas croire et suivre ceux qui œuvrent pour vous convaincre qu’ils gagneront en 2018 aux élections législatives et qu’ils pourront frauder pour vous faire réélire en 2020.  Il y aurait un cataclysme social et politique, qui vous emporterait et qui leur serait fatal. Toute chose a une limite et un temps. C’est donc fraternellement que je vous invite à la raison pour vous sauver et sauver des vies humaines. Que Dieu vous inspire et que l’histoire soit votre guide.

Nicolas LAWSON

Président du PRR

Repost 0
Published by Adokposé - dans Politique
commenter cet article
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 13:19

 Lomé, le 7 Mai 2017

AUX OPPOSANTS PROFESSIONNELS DU TOGO

LOME – TOGO

OBJET : LETTRE OUVERTE POUR LA CONSCIENTISATION ET POUR LE RESSAISISSEMENT.

Chers compatriotes,

Depuis le déclenchement du mouvement pour la démocratisation de notre société, vous avez confisqué et hypothéqué la volonté populaire. Je vous avais tous vu venir avec vos outrances et vos inconséquences. Vos menées, vos micmacs et vos légèretés ont favorisé des violences inouïes dans le pays et les malheurs de notre peuple. Et pourtant, avant, durant la Conférence nationale souveraine et après, je vous avais mis en garde contre les dangers de la résistance des conservateurs du RPT et du délire des apprentis-sorciers de l’extrémisme. Vous n’avez jamais pris du recul pour avoir une meilleure perspective. Vous avez sans gêne égaré la masse du peuple, en vous abritant derrière des faux messies et derrière vos propres fourberies. Comment n’avez-vous pas réalisé sur plus de 25 ans de collaboration que le Yovovi n’avait aucun attachement et aucune affectivité pour notre patrie et pour notre peuple ? Vous le livrez naturellement en pâture après l’avoir adulé, pour n’en faire qu’un corrompu et un fils à papa, qui a naturellement rejoint l’autre fils à papa pour former le couple infernal qui régente notre pays. Pourquoi  m’avez-vous alors tant calomnié et jeté en pâture à la masse du peuple quand je proclamais la vérité sur vos égarements afin d’éclairer le peuple ?

Le temps est le juge de nos actes. Il révèle aussi bien nos magnificences que nos turpitudes. La démocratie consiste-t-elle seulement à s’opposer à un régime arbitraire et hautement criminogène ? N’y a-t-il aucune précaution à prendre pour protéger le peuple quand on est en face des meurtriers, des cyniques et des effrontés ? Pourquoi croyez-vous que marcher, se plaindre auprès d’institutions nationales ou internationales ou s’en prendre aux supposés moins populaires ou plus faibles que soi est un combat pour la démocratie ?

J’ai fait donner à notre pays la constitution de 1980. J’ai participé à fonder la liberté de la presse, la liberté d’association et à l’adoption au Haut Conseil de la République (HCR) du projet de constitution soumis au peuple en 1992. J’ai mis en place la Haute Autorité de l’Audio-visuel et de la Communication (HAAC) sans parler d’autres réalisations, qui sont les fondations de la démocratie. Qu’avez-vous fait en dehors de contester, de marcher, de suivre vos messies ou parrains et de défendre vos intérêts partisans devant la Cour de justice de la CEDEAO ? Pourquoi avez-vous aidé à détruire le bon travail qui a été fait dans le cadre du CPDC rénové pour aller vous affaler de façon burlesque dans les fameux dialogues de TOGO TELECOM I et II ?

Après avoir soutenu à juste titre que vous avez été volés lors de l’élection présidentielle de 2015, vous acceptez que ceux, qui ont volés dans la CENI pour le pouvoir en place, soient nommés ministres et que l’un d’entre eux soit votre principal interlocuteur pour préparer les prochaines fraudes électorales et les nouveaux crimes contre notre peuple. Pourquoi avez-vous accepté de participer à leur CNSD et de vous battre entre vous pour 8 places sur 100 ? Pourquoi acceptez-vous que des fraudeurs et des criminels se servent de vous comme des fantoches ? Pourquoi n’aimez-vous pas que je participe à vos machinations avec le pouvoir ? Pourquoi participez-vous à des farces aussi misérables que le CNSD, le HCCRUN et à la commission des pseudo-intellectuels servant à masquer les nouvelles fraudes en préparation pour 2018 et 2020 ? Vous suffit-il d’avoir quelques millions de FCFA ou de pouvoir voyager à l’étranger avec des frais de mission pour devenir des faquins et des complices d’un pouvoir aussi pervers et fangeux ? Vous êtes devenus malgré vous les obstacles au changement, à l’alternance et à l’instauration d’un pouvoir civilisé et progressiste dans notre pays. La majorité de notre peuple en est convaincue.

Evidemment que la vérité blesse et que vous me détestez de vous la cracher au visage en permanence, alors qu’on vous a habitués à mentir depuis des décennies. Si je n’avais pas démissionné trop tôt de la primature et si on ne nous avait pas séquestrés au HCR, j’aurais aussi mis en place le Conseil Economique et Social prescrit par la constitution dans son TITRE X.  Mais cette institution vitale pour le peuple ne vous intéresse pas car vous ne voyez pas comment elle va servir vos intérêts partisans et occultes. Mais le CNSD, organisation à leur guise, vous intéresse car elle peut servir vos ambitions personnelles et partisanes de devenir maires dans un système en putréfaction et dans lequel vous trouvez vos intérêts.

Le seul combat qui vaille aujourd’hui, c’est celui pour  la recomposition de la CENI, de la Cour Constitutionnelle et pour la reprise des listes électorales. La faillite, la corruption générale et le désastre économique, social et moral du régime exigent qu’on le dégage. Aussi, si vous persistez à vous égarer dans leurs farces de CNSD, de HCRRUN, de Commission de pseudo-intellectuels ou à vous turlupiner pour des réformes constitutionnelles et institutionnelles à l’Assemblée nationale, le peuple devra, pour son salut, vous combattre avec  résolution, en même temps que les prédateurs du régime. Sachez qu’au cœur de la décadence et de la destruction, la naissance et la vie sont irréductiblement présentes. Le PRR est incontestablement la clé du redressement national.

Je vous rappelle en conséquence que vos modes de pensées, vos formulations, vos dogmes et vos façons d’agir ne peuvent plus correspondre aux réalités de notre pays ni à celles du temps nouveau. Nous n’allons pas entrer dans l’avenir avec vos proclamations surannées et  vos agitations stériles et dévorantes. Sans plan, sans vision, sans stratégie, sans ambition nationale et en improvisation permanente, notre patrie sera vouée à une anarchie ininterrompue et notre peuple à une misère dévastatrice. Nous ne voulons plus de groupuscules sectaires, calomnieux, oiseux et nourrissant les violences congénitales du régime. Le Togo doit se construire dans l’ordre, dans la discipline, dans la justice sociale, dans la vérité et dans l’unité nationale.

Mes chers compatriotes, je vous invite à ne plus vous attaquer légèrement aux forces de défense et de sécurité  mais à la minorité criminelle, qui utilise une infirme minorité de ces frères  pour réprimer  afin de se protéger pour continuer à piller les ressources nationales. Les forces de défense et de sécurité sont une force irremplaçable dont nous avons besoin pour nous protéger contre le terrorisme et assurer notre sécurité. Il s’agira demain de réformer les différents corps, de les moderniser, d’assurer leur cohésion et de restaurer leur prestige. J’en prends l’engagement. Elles seront un levier pour faire de notre patrie la Suisse de l’Afrique ou le Singapour de l’Afrique occidentale. J’ai confiance dans le peuple togolais. Il sera à la hauteur de sa destinée. Je suis persuadé qu’il sera au rendez-vous de la providence et de l’histoire quand je l’appellerai à la mobilisation générale pour le redressement national. Que vos groupuscules se ressaisissent et prennent conscience de la déliquescence en cours dans notre société. Que Dieu vous inspire et protège notre peuple.

Nicolas LAWSON

Président du PRR

Repost 0
Published by Adokposé - dans POLITIQUE
commenter cet article
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 15:14

CONFESSION PUBLIQUE AUX EVÊQUES DU TOGO

Nous avons lu votre dernier message au peuple togolais et à sa classe politique avec beaucoup d’intérêt. Nous vous confessons que nous l’avons bien apprécié. Comme vous le savez, toute crise comporte à la fois ses chances et ses dangers. Elle peut tourner soit au salut soit à la catastrophe. Aujourd’hui, notre pays est livré aux désordres, à une gouvernance dégénérée, des vices et des forfaits de toutes sortes. Mais Dieu règne encore dans le cœur  de certains de nos compatriotes. Comme nous au PRR, nous espérons que les chaînes de la peur, la corruption des esprits et les entraves de la frustration ne vont pas paralyser  vos efforts. C’est ainsi que la puissance de la foi en Dieu va pouvoir transformer  la lassitude du désespoir de la majorité de notre peuple en un élan d’espérance.

Notre univers est contrôlé par un dessein d’amour et de rédemption. C’était la raison de la venue de Jésus Christ. En croyant à ses préceptes, nous pouvons agir avec la certitude que le régime inique d’exploitation, d’oppression, des injustices et des inégalités du RPT/UNIR va disparaître inéluctablement et plus rapidement que vous ne le croyez. Cependant, nous devons savoir que si la non-violence est une attitude positive, la révolution est préférable à la soumission à un régime cynique et malfaisant. J’ai été un doctrinaire de la modération et du pacifisme mais cela ne m’a apporté que des accusations et des souffrances imméritées. Le régime est trop rebutant et rebelle au bien. J’ai d’abord réagi avec amertume mais je cherche dorénavant à changer nos souffrances communes en une force agissante pour la destruction du système politique pervers qui nous régente.

Je suis convaincu comme vous que l’amour et le pardon sont des nécessités pour la maturité spirituelle. Mais quand nous savons que le Christ a été étendu sur une croix dressée et dans une douloureuse agonie, alors nous comprenons pourquoi le Bon Dieu a choisi le Prophète Mahomet pour mener une guerre sainte contre les adorateurs des idoles de la Mecque. Bien sûr que les criminels ne savent pas ce qu’ils font. C’est justement pour cette raison que dans la finalité de sa structure propre et impersonnelle, la nature ne pardonne pas.  Ses lois sont fixes et immuables. Si elles sont violées, la nature n’offre d’autre alternative que de suivre inexorablement la voie de la justice et du redressement.

Nous n’avons donc pas le droit de pardonner à quelqu’un qui refuse de pardonner à son frère. En conséquence, nous ne devons pas accepter les appels impudents à la réconciliation nationale ; si en plus, les impénitents persistent dans les délits, les stupres et les égarements criminels. Le rappel lancinant de la leçon du calvaire du Christ sur la croix, qui est aussi dans votre sacerdoce, ne peut plus sauver une société en perdition comme la nôtre. La bonté n’arrive plus à y extirper le mal et l’amour n’arrive plus à changer la malveillance de dirigeants aux cœurs endurcis, aussi corrompus que pervers. Nous devons nous incliner devant l’autel de la vengeance car l’aveuglement intellectuel et spirituel de nos dirigeants actuels a atteint une limite insupportable et s’exprime de façon si sinistre.

Le Chef de notre Etat nous méprise et refuse de recevoir ses compatriotes qui souhaitent le rencontrer pour partager leurs opinions sur le salut de notre patrie. Il préfère des étrangers, qui viennent piller nos ressources nationales en complicité avec la minorité qu’il protège. Dans la duplicité, il dénonce lui-même cette minorité criminelle qu’il ne cesse de promouvoir. Il nous invite à dialoguer avec ces criminels pour les légitimer et leur permettre de préparer d’autres fraudes électorales et d’autres crimes de sang. Il peut tromper des hommes mais il ne peut pas tromper Dieu. C’est avec malice que son message à la nation,  pour la célébration du 57è anniversaire de notre pseudo-indépendance, a été drapé dans d’évidentes turpitudes et  faussetés. Il croit que cela peut cristalliser le statu quo et maintenir ses complices dans le jeu sans fin des crimes dont le système se nourrit.

Le moment vient quand la majorité de notre peuple se lèvera pour combattre le système d’injustices insupportables, d’iniquités et d’inepties qui détruit notre nation. Ce sera alors la loi du Talion : Œil pour œil, dent pour dent. Notre peuple n’accepte plus que des fraudeurs à la CENI deviennent des ministres de la République. Notre peuple n’accepte plus que des criminels soient décorés. Notre peuple ne supporte plus que des incompétents cumulent plusieurs postes dans l’appareil de l’Etat ou se servent de l’argent des projets publics pour s’équiper. Comment peut-on gouverner un pays en protégeant les corrompus ; en laissant les hôpitaux non-équipés, les universités démunies, des enseignants et des étudiants dans la dèche, la majorité du peuple dans l’ignorance et dans la misère, etc ; ?

La roue de la vie et de l’histoire tourne. Il n’y aura pas demain les mêmes cabotins comme opposant historique, leader de l’opposition et Chef de file de l’opposition. Comment des patriotes, des démocrates ou tout simplement des hommes clairvoyants peuvent-ils accepter ces plaisanteries de HCRRUN, de CSND et de pseudo-commission d’intellectuels ? La CENI, La Cour Constitutionnelle et les listes électorales doivent être  recomposées et refaites avec le consensus de toutes les forces politiques. Voilà tout ce qui importe encore sinon il faut dégager cette minorité de corrompus, d’intempérants et inassouvissables dont l’impéritie est désormais patente. Sans la participation du PRR, il n’y aura pas d’élections législatives en 2018 ni présidentielles en 2020. Si le régime persiste dans la voie actuelle avec la complicité des faux opposants, attachés à leurs intérêts particuliers alors ce sera la Révolution. Ce sera la rectification générale.

L’expérience a prouvé que : « Qui se ressemble, s’assemble ». Les grands hommes aiment s’entourer des grands esprits. Les médiocres et les petits potentats préfèrent les inénarrables, les adulateurs, les obséquieux, les délinquants prêts à voler, à pleurer et à tuer pour eux. Le défaut d’intelligence, de bonté et de conscience de la minorité au pouvoir nous amène au chaos. Mais nous allons faire échec à leur nouvelle conjuration contre notre peuple. Ce sont eux, qui ont inévitablement rendez-vous avec le chaos. Leur aveuglement intellectuel et moral ne les préservera plus cette fois-ci. Dieu Tout-Puissant nous assistera pour libérer  notre peuple et notre patrie de la pitoyable tyrannie en cours dans le pays. Ils brûleront au milieu du bon peuple comme la sacristie de la grande Cathédrale de Lomé a brûlé en Janvier 2017. Au nom de Dieu Tout-Puissant !

C’est le message reçu de Dieu et notre confession publique en est le témoignage. Nous appelons nos compatriotes à l’ouverture d’esprit, au jugement sain et à l’amour de la vérité. Ma mission est d’amener notre peuple à s’élever au-dessus de la stagnation de l’étroitesse d’esprit et au-dessus de la  paralysie de la crédulité. Les togolais doivent vaincre la peur et chérir le courage et la vérité. Le PRR les appelle à marcher dans la lumière de la foi et du discernement. Sortons de la sordide faiblesse des arrivistes du pouvoir et de l’assujettissement aux biens matériels pour aller vers la puissance illimitée de Dieu. Que l’Eternel Dieu Tout-Puissant vous inspire, vous donne le courage de défendre ses enfants du Togo et de ne rien craindre ni personne. Qu’il vous aide à condamner sans retenue les débauches et les crimes de ceux qui abusent du pouvoir d’Etat. AINSI SOIT-IL.

Fait à Lomé : le 2 Mai 2017

Nicolas LAWSON

Président du PRR  

Repost 0
Published by Adokposé - dans Politique
commenter cet article
17 avril 2017 1 17 /04 /avril /2017 15:58

Communiqué de presse du 18 Avril 2017 :

Sans les Réformes, la Révolution est inévitable.

Le Président ivoirien, Alassane Ouattara, a annoncé à la dernière réunion des Chefs d’Etat de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) à Abidjan que le taux d’endettement moyen dans cette zone francophone est de 45,1%. Le Traité de l’UEMOA a fixé un plafond d’endettement de 70% à ne pas dépasser. Or le taux d’endettement du Togo est actuellement de 75,6%. Ce qui fait de notre pays le plus endetté dans la zone monétaire. Malheureusement, le régime congénitalement  meurtrier, d’essence criminogène, promoteur de la corruption, de la médiocrité, de l’incompétence, de l’impunité et de la volupté, etc, recherche présentement un emprunt obligataire de 20 Milliards de FCFA dont seuls ceux qui font du blanchissement d’argent, les trafiquants et les fonds vautours consentiront à souscrire à un taux usurier.

Cette violation des règles communautaires et des mœurs est la caractéristique cardinale de la gouvernance de Mr Faure Gnassingbé. Elle constitue l’amoralité de la minorité, qu’il entretient depuis la sanglante tuerie de 2005, qui leur a permis d’arriver au pouvoir pour en jouir et pour pressurer et accabler les togolais sous la plus cuisante détresse et les faire gémir sous le plus odieux avilissement. Il est prescrit dans le Traité de l’UEMOA que chaque Etat devrait consacrer au plus 35% de son budget à la masse salariale des fonctionnaires .Mais, le gouvernement antisocial et faisandé actuel ne consacre que 14,34% du budget de l’Etat togolais de 2017 à la masse salariale des fonctionnaires. Quelle dégradation morale !

En asservissant notre peuple, en rendant des millions de togolais malheureux et en accroissant le niveau d’ignorance dans le pays par le traitement dégradant réservé à certains enseignants et à leurs élèves, aux étudiants, ces nouveaux parvenus font tout pour retenir un pouvoir qui a changé en opulence les récentes misères de leurs ascendants. Leurs paroles ou propagandes ne sont que les avant-courrières de leur perfidie et de leurs crimes. Qu’ils sachent que c’est dans les pires drames des histoires, que les peuples martyrisés se lèvent pour constituer les grandes vagues profondes dont les pays sortent sauvés, libérés et renouvelés. Il est donc révolus les temps funestes où les politiciens divisèrent nos populations et les conduisaient à lutter entre elles sans se comprendre et sans s’aimer.

Les togolais, éclairés par l’affreuse lumière du désastre économique et social du RPT/UNIR, la misère ambiante et par la trahison et les inconséquences des pseudo-opposants, se sentent désormais assez riches d’idées, d’expériences et de force pour s’organiser autrement afin de rebâtir  un nouvel édifice de leur avenir. Le PRR les secondera. Avec la grâce de Dieu, nous solliciterons nos frères policiers, gendarmes et militaires, qui sont aussi affectés et dont les parents sont aussi oppressés que nous et subissent les injustices de la minorité criminelle, à combiner leurs forces aux nôtres contre le joug odieux, qui nous opprime, et à lui substituer un ordre politique et social nouveau. C’est dans l’unité de la nation, que nous pourrons marcher ensemble par une route nouvelle vers des horizons nouveaux.  Le Togo est en ruine économiquement, socialement et moralement. La caricature actuelle de la gouvernance, symbolisée par le tératologique UNIR, a totalement défiguré notre pays. L’affaissement moral dans la société a fini par paralyser le pouvoir et le Chef de l’Etat ne réalise pas le désastre vers lequel il nous conduit.

Comment nos politiciens d’opérette peuvent-ils croire que ce qu’ils n’ont pas pu faire à l’Assemblée nationale, ils peuvent le faire au sein d’un illégitime et usuel Conseil National de la Décentralisation (CND) ? La politique est devenue au Togo le jeu des intrigants, des arrivistes sans scrupule, de vils flagorneurs et des ennemis du progrès et de la République. C’est certain que le pays a besoin d’une réforme entière de la société. Elle doit être globale, profonde et féconde pour consoler ses enfants. Il va falloir surtout réorienter la nation vers des voies intellectuelles, spirituelles, morales et matérielles qui la mèneront  vers le renouveau. Mr Faure Gnassingbé et sa minorité ont lamentablement failli et ne peuvent plus résoudre les grands problèmes politiques, économiques, sociaux et moraux de notre pays. Les opposants, qui leur servent de faire-valoir, sont des perfides et des judas. Le CND, le HCRRUN, la commission des intellectuels, etc, ne sont que des officines pour préparer les prochaines fraudes électorales et de nouveaux crimes contre le peuple togolais. Malheur à ses opposants et à quiconque, qui se réjouissent d’être membres du CND ou qui pactisent avec le HCRRUN pour comploter contre notre peuple !  

Dans le combat éternel de l’Archange et de Lucifer, que nos oppresseurs et leurs complices sachent qu’ils ont déjà perdu. Ils ont encore le choix entre faire dans le consensus les réformes ou être dégagés du pouvoir sans aménité. Qu’ils aiment ou qu’ils n’aiment pas Nicolas LAWSON, je suis celui qui peut rectifier les injustices dans le pays, éradiquer la misère, restaurer l’ordre et la discipline, consolider et moderniser l’économie nationale et reforger notre unité. Le PRR peut incontestablement réorienter notre société pour son avance dans tous les domaines et pour l’amélioration rapide du sort de tous les togolais. Par conséquent, nous demandons au peuple togolais de reprendre confiance dans notre avenir et de se tenir prêt pour qu’on agisse ensemble afin de réédifier notre société sous une discipline renouvelée. Ce n’est pas une affaire de partis politiques ou de regroupement de partis politiques ou même de lutte entre le pouvoir et l’opposition. C’est une question de foi et de la destinée d’un peuple. Notre génération a l’ardente obligation de faire du Togo ce qu’il doit être suivant le rêve de nos aînés : c’est-à-dire l’Or de l’humanité. Nous vaincrons les forces de la régression et du mal. Que Dieu Tout-Puissant nous inspire et nous protège.

Nicolas LAWSON

Président du PRR    

 

Repost 0
Published by Adokposé - dans Politique
commenter cet article
10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 13:31

 

Lomé, le 10 Avril 2017

A

Mr Dama Dramani

Président

Assemblée Nationale

LOME – TOGO

Objet : Lettre solennelle

Monsieur le Président,

Je voudrais d’abord vous rappeler que : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».

Après la mise en demeure par la Cour Constitutionnelle de devoir réexaminer en commission puis en séance plénière la proposition de loi, présentée par le groupe ANC – ADDI, vous avez au contraire affiché votre morgue. Votre habituelle morve a de la sorte abaissé la Cour Constitutionnelle à son état de valetaille d’un système politique en dégénérescence avancée. Comment pouvez-vous donner la préséance au HCRRUN pour régir dans le domaine des lois et des réformes constitutionnelles ? Cette organisation n’est prévue nulle part dans la Constitution en vigueur. Elle n’est qu’une création du Chef de l’Etat comme toutes les commissions qu’il crée pour faire du dilatoire et de la diversion. Le rôle du Médiateur de la République, prévu dans le Sous-Titre II du Titre XV de la Constitution, ne peut et ne doit en aucun cas être associé à une organisation sans fondement constitutionnel pour en faire l’alfa et l’oméga pour les réformes constitutionnelles et institutionnelles au TOGO. C’est de l’arbitraire aggravé et un coup de force contre la Constitution en vigueur. C’est la deuxième fois que vous utilisez l’Assemblée nationale pour ridiculiser le Chef de l’Etat, le gouvernement et la Cour Constitutionnelle.

L’Assemblée nationale est ainsi devenue un ghetto d’altération morale, intellectuelle, politique et sociale. Avec la complicité des ennemis de notre peuple et des profiteurs de la société, qui ont pris le Chef de l’Etat et le pays en otage, vous aviez supprimé les allocations de départ à la retraite des fonctionnaires pour s’en accaparer afin d’augmenter vos propres rémunérations de 71 à 125%. Vous aviez rejeté sans aucun scrupule le projet de loi de révision constitutionnelle envoyé par le Chef de l’Etat et son gouvernement. Vous venez de mépriser la Cour Constitutionnelle et l’Assemblée nationale elle-même, en donnant la prééminence au HCRRUN par rapport à elles. Quelle déliquescence ! La Présidente du HCRRUN a quelle légitimité et quelle référence morale pour  vous permettre un tel dédain à l’égard des institutions constitutionnelles ? D’ailleurs, en vertu de quel principe et de quelle morale doit-on désormais se référer au HCCRUN et à sa Présidente pour préparer la Loi fondamentale devant déterminer notre avenir ?

Pourquoi les évêques togolais ont-ils jugé opportun de prendre auprès de la Présidente du HCRRUN la résolution de nous appeler à la prière et à la réconciliation ? Leur mission fondamentale n’est-elle pas celle d’appeler et d’agir au nom de Jésus Christ pour l’amour, le pardon et la réconciliation des hommes ? Ont-ils besoin du HCRRUN pour jouer le rôle qui est le leur ? Est-ce que la Présidente du HCRRUN croit que l’on peut indemniser avec 2 Milliards de FCFA des milliers de victimes sauvagement assassinées depuis 1958 à 2005 ? Sait-elle qu’il est immoral et hautement criminel de continuer à tuer des togolais lors de simples manifestations sociales ? Sait-elle qu’un gouvernement n’a pas le droit de laisser impunis les responsables d’une société ayant détourné 26 Milliards de FCFA pour s’acheter des équipements personnels au lieu de construire une route vitale pour notre économie nationale et pour l’usage de plusieurs milliers de nos compatriotes ? Sait-elle que des médecins et autres agents médicaux n’ont pas le droit de détourner des milliards de FCFA sans acheter les équipements médicaux indispensables aux soins de milliers de nos compatriotes, qui meurent facilement et dramatiquement ? Cela ne choque-t-il pas sa conscience quand elle apprend que le Président du Conseil d’administration du CHU Tokoin, en sa qualité d’Amiral, est en même temps Maire de la Capitale, Directeur Général du Port de Lomé, etc, et qu’il laisse détourner les fonds devant servir à équiper cet hôpital si important ? Tout cela ne trouble-t-il pas votre conscience ? Comment arrivez-vous à dormir avec tant de prédation, d’immoralité et d’inhumanité dans le pays?

Depuis des décennies, la plus avilissante et les plus monstrueuses injustices sociales pèsent insolemment sur la masse de notre peuple. Mme Awa Nana sert les nouveaux tartufes politiques assis à la place des anciens. A-t-elle déjà réussi à réconcilier le Chef de l’Etat et son demi-frère Kpatcha Gnassingbé ? Comment peut-elle croire qu’elle va pouvoir réconcilier des millions de togolais parce qu’on a mis à sa disposition 2 Milliards de FCFA ? Sait-elle combien la CVJR a dépensé  avant d’être à la remise ? Pourquoi nos évêques ne peuvent-ils pas lui dire la vérité et également au Chef de l’Etat ? La Sacristie de la Grande Cathédrale de Lomé a-t-elle brûlé inutilement ? L’avertissement de Dieu est-il ignoré ? Dieu est vérité et clarté. Il n’aime pas la complaisance et la tartufferie. Notre pays est malade du mensonge et de la couardise. Dieu est notre seul maître et protecteur. C’est notre foi au PRR.

Monsieur le Président, il y a dans votre minorité un penchant inné pour l’humiliation de vos frères et sœurs. Croyez-vous que la vue de vos distinctions, de vos fastes avec les ressources nationales et de vos voluptés ne sont-elles pas une source inépuisable de tourments et de souffrances pour les indigents dans le pays ? Les réalisations médiocres, que vous appelez les grands travaux ayant permis des détournements de centaines de milliards de FCFA, ont ruiné complètement le pays et ont créé cette minorité de corrompus et de prédateurs que le subconscient du Chef de l’Etat n’arrive pas à supporter et qu’il a dénoncée malgré lui. Votre soif si insatiable pour le pouvoir et pour l’argent, qui conduit à la forfaiture et à toutes sortes de crimes, a fini par créer dans le pays des haines, des ressentiments tenaces et des crimes si bien qu’aucune réconciliation nationale n’est possible tant que vous détenez arbitrairement le pouvoir et que vous l’exercez de façon aussi tyrannique et avec autant d’injustices sociales et économiques.

Les patriotes sont convaincus que votre complot, en cours pour tromper encore les togolais et frauder lors des prochaines élections, est voué à l’échec. Vous n’aurez plus les mêmes interlocuteurs. Les patriotes n’accepteront pas de participer à une quelconque élection sans un changement radical dans la composition de la CENI, dans la Cour Constitutionnelle et dans le fichier électoral. Ils n’adopteront pas le message christique du pardon. Ce sera la loi du talion : « Œil pour œil, dent pour dent. » La Présidente du HCRRUN se trompe. Quand on verse trop de liquide dans un verre, il déborde. Les prières des évêques, que nous avions aussi sollicitées, ne serviraient à rien si vous n’arrêtez pas dès maintenant les dérives de la minorité criminelle. Les patriotes en ont assez de la gouvernance misérable du régime. Vous avez ravalé des centaines de milliers de nos compatriotes en dessous de la condition humaine. Vous avez détruit nos universités et nos écoles. Vous avez fait de nos étudiants des clochards et des enseignants des quémandeurs. Nos hôpitaux sont des salles d’attente de la mort. Notre agriculture est empoisonnée par vos engrais chimiques frelatés. Il y a du désordre partout et des incivilités insupportables. Les étrangers sont mieux traités que nous. Comme par le passé, de vils personnages ou des « has been » à la recherche de gains faciles sont introduits et reçus par le Chefs de l’Etat alors qu’il méprise ses propres frères parce qu’ils le critiquent. 

Sachez que personne n’a jamais réussi à étouffer entièrement et trop longtemps la voix de la nature. Elle parvient toujours par venger par ses éclats les larmes des peuples. Elle les rétablit dans leurs droits. Le peuple togolais sera rétabli dans tous ses droits et dans sa dignité. C’est à l’amour de la gloire de Dieu que nous travaillons au PPR et non à la soif des postes et des richesses. Je me sens opprimé comme des millions de mes compatriotes car vous avez restreint nos capacités à agir pour le bien-être de nos compatriotes. Au nom de l’Eternel Dieu Tout-Puissant et en ma double capacité de Prophète et d’enseigneur, je vous promets que nous nous mobiliserons pour vous dégager du pouvoir que vous avez confisqué et que vous gérez avec de bas instincts, tant d’excès et de mépris pour ceux qui ne sont pas des reptiles, des jouisseurs et des corrompus.

Notre patience, pour aider à réformer le système inique et esclavagiste dont la minorité profite sans vergogne, est à bout. Nous savons que vous n’ignorez pas que la minorité que le Chef de l’Etat a dénoncée est coupable de lèse-majesté populaire. Notre peuple, aussi patient qu’il est dans la souffrance, sera terrible dans sa vengeance. Que Dieu nous inspire et nous assiste.

Nicolas LAWSON

Président du PRR  

Repost 0
Published by Adokposé - dans Politique
commenter cet article
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 17:18

MESSAGE PUBLIC A MES FRERES DU CAP 2015 ET DU GROUPE DES 6

Notre pays traverse une crise multiforme, qui l’abîme profondément, mais comme toutes les nations, nous avons les moyens de le sortir de sa banqueroute actuelle. Je voudrais vous rappeler fraternellement que vous n’arriverez jamais seuls, avec vos partis politiques, à nous rassembler pour la grande œuvre de redressement national. Rappelez-vous toujours que vous n’êtes pas le peuple. C’est lui, qui désigne ceux qui font la loi et  ceux qui l’exécutent. Si nous adoptons l’esprit américain, nous comprendrons que c’est le peuple, qui forme aussi le jury qui punit les infractions à la loi. Il ne faut donc, en aucun moment, oublier que non seulement les institutions doivent être démocratiques dans leurs principes, mais aussi dans tous leurs développements. Sachez également que la forme de gouvernement souhaité, quoique représentative, il est évident que les opinions, les préjugés, les intérêts et même les passions du peuple ne peuvent trouver d’obstacles durables qui les empêchent de se produire dans la direction générale de la société. Vos factions ne font que s’agiter sans cesse, en cherchant à attirer dans leur sein une portion du peuple et à s’en faire un appui.

Cette opposition permanente entre vos diverses fractions est funeste à notre société et à l’avenir de nos enfants. Un parti ou des regroupements de partis est forcément partisan. Quand il y en a plus de deux, cela devient néfaste et compromet l’état social de paix, d’ordre et de discipline indispensable au développement économique et social. Les désordres et la misère, qui règnent actuellement dans le pays, ne sont que temporaires car le temps ne suspend jamais sa marche pour les peuples ni d’ailleurs pour les hommes. Si vous jetez un regard rapide sur le passé, vous verrez que le changement est en marche. Mais, c’est vers l’avenir que je vous invite à tourner vos regards. Ainsi, vous réaliserez que vous n’avez bâti aucun digue ni aucune fondation pour arrêter la dérive et pour construire une nouvelle société devant élever tous nos compatriotes à la dignité humaine.

Les Etats-Unis ont principalement deux partis politiques. La grande nation nigériane n’a également que deux partis politiques. Pourquoi notre petit pays a 110 partis politiques ? Notre propension à la division et notre narcissisme nous ont enlevés la raison. Nous ignorons que de vrais partis politiques sont ceux qui s’attachent aux principes qu’à leurs conséquences, aux idées  et non aux hommes et qui ne cachent pas habilement leurs intérêts partisans et particuliers sous le voile de l’intérêt public. Pourquoi vous ne défendez que vos intérêts partisans et particuliers ? Depuis que certains parmi vous sont à l’Assemblée nationale, ils n’ont jamais introduit une proposition de loi pour la création du Conseil Economique et Social prescrit par le Titre X de la Constitution en vigueur. Ils acceptent comme justifié le fait que le pouvoir exécutif estime que la création du Sénat serait coûteuse. Quel mépris pour le peuple, pour la constitution en vigueur et quelle déchéance morale !

C’est facile de tromper un peuple en détresse en s’agitant pour apparaître comme ses défenseurs et en utilisant le fonds de commerce approprié des réformes constitutionnelles et institutionnelles. Le radotage, devenu la litanie convenable, a pour refrain : nous voulons deux mandats et deux tours. Prenons la France, l’Allemagne, l’Espagne, les élus au Parlement Européen  et même la Gambie, ont-ils une Constitution prescrivant ces dispositions de deux tours et de deux mandats ? N’y a-t-il pas d’alternance dans ces pays ? Pourquoi allez-vous solliciter les ambassadeurs de ces pays pour vous aider à obtenir ces dispositions constitutionnelles et institutionnelles ? Croyez-vous sincèrement qu’ils sont les personnes en harmonie avec l’univers pour vous faire gagner ce combat ? Le Togo n’est-il pas un pays indépendant ? Notre peuple n’est-il pas le seul souverain et le seul en capacité de de changer légitimement la loi fondamentale devant déterminer la conduite de notre vie en commun? La CEDEAO s’est-elle préoccupée de rappeler à l’ordre les dirigeants du Bénin, qui violent aussi outrancièrement le protocole commun en interdisant des importations en provenance du Togo ? Pourquoi le groupe des 6 partis est-il allé rencontrer un fonctionnaire de la CEDEAO basé à Lomé pour solliciter son aide dans notre querelle de réformes constitutionnelles et institutionnelles ?

Mes frères, je vous demande expressément de cesser de nous ridiculiser et d’abaisser notre patrie. Maintenant qu’il n’y a plus le tyran et généreux facilitateur burkinabé, vous vous tournez vers les falots. C’est nous qui avons créé la CEDEAO avec le Général GOWON du Nigeria. C’est nous qui allons réformer cette institution sous régionale le moment venu avec nos frères progressistes des autres pays. Mais c’est le peuple togolais, qui va seul provoquer le changement politique au Togo et qui travaillera à la transformation totale de notre société. Quand un club anglais (Manchester United) achète un joueur d’origine africaine, Paul POGBA, à 105 millions d’euros pour un contrat de 3 ans sans compter les primes et la publicité, croyez-vous que c’est avez une coopération d’un montant de 16 millions d’euros par an qu’une institution ou un pays européen peut nous acheter et nous dicter les conditions de notre gouvernance ? Que vous arrive-t-il ?

Vous ne faites qu’agiter, déchirer, dépraver, ébranler et troubler notre société sans aucun profit pour le peuple. Certains parmi vous attaquent même notre peuple et l’accusent de mollesse et que sais-je encore ? Vous avez confisqué la lutte de notre peuple. Vous avez échoué ou trahi. Il est temps de faire confiance au peuple togolais. Mettez-vous ensemble et faites taire vos surenchères et vos ambitions personnelles et partisanes. Alors, vous verrez que le changement interviendra inéluctablement. Ce sont vos divisions et vos égocentrismes qui font échouer la lutte démocratique. Sachez qu’au-delà de la vertu et les talents des dirigeants, il faut surtout le bonheur des circonstances pour conduire un peuple vers le progrès. Ne fractionnez plus l’opinion publique sur des questions de détail et sachez qu’il est toujours difficile de renverser celui qui détient le pouvoir par la seule raison qu’on veut prendre sa place. C’est le peuple, qui détruit ou élève toutes les puissances. L’expérience de Mr Gilchrist  Olympio devrait vous édifier. Prions pour que la providence soit toujours favorable à notre patrie et que Dieu Tout-Puissant inspire notre peuple et lui donne  le discernement et la force pour qu’il provoque le changement radical et fécond dont nous rêvons.

Fait à Lomé, le 21 Mars 2017

Nicolas LAWSON

Président du PRR

Repost 0
Published by Adokposé - dans POLITIQUE
commenter cet article
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 11:24

MANIFESTE DU PRR POUR LE REARMEMENT MORAL

La faillite est entrain d’accabler notre chère patrie. Notre peuple souhaite un changement radical dans la gouvernance de l’Etat. Malheureusement, l’opposition togolaise est dans une compromission invariable, dans le ravaudage et se ravilit de plus en plus. Comment peut-on dénoncer une cour constitutionnelle pour sa proclamation répétée de résultats électoraux frauduleux puis, quand il s’agit de son intérêt partisan et narcissique, solliciter cette même cour pour l’amener à légitimer l’Assemblée nationale afin qu’elle se substitue au peuple pour opérer une réforme constitutionnelle bancale ? Quel malheur pour notre peuple !

Pour notre infortune, il se fait qu’il n’y a pas actuellement à la direction du pays une autorité suprême, légitimée par son caractère et appuyée par la confiance du peuple. L’Etat est devenu la proie des fractions politiques, sociales, tribales, divergentes et dévorantes, qui le dominent, le pillent, l’abaissent et finissent par le paralyser. Il faut sans délai une révolution culturelle, politique et impérieusement sociale sans des sauvegardes de réformes profondes et complètes. La carence du gouvernement actuelle et sa corruption devant le péril public sont effrayantes. Dans ce genre de cas, soit le Chef de l’Etat en place se consacre comme le recours ou soit il se fait dégager. Puisque l’intérêt supérieur de la patrie a, au-dessus de tout et à tout moment, son instrument et son répondant en la personne du Chef de l’Etat ou dans le peuple. Il est donc évident que ce sont ceux qui peuvent donner à la République une tête organique et imposer les transformations profondes que les circonstances dramatiques exigent.

L’ancien Président Barack Obama avait tort de proclamer qu’il faut des institutions fortes et non des hommes forts. Quand il s’agit de nations en banqueroute et de nations en formation avec des populations majoritairement analphabètes, il est évident qu’en aucun domaine et nulle part ce que l’infirmité du Chef a, en soi, d’irrémédiable ne saurait être compensé par la valeur de l’institution. C’est la leçon que le Général De Gaulle avait tirée du désordre et de la décadence de la 4è République en France. Aujourd’hui au Togo, la qualité de notre peuple se consume dans l’impuissance de son Chef devant la minorité criminelle, qui l’a pris en otage et nous entraîne vers le chaos.

Il est urgent que le peuple togolais se mobilise pour arracher l’Etat aux désordres des partis politiques et du gouvernement en place. L’instinct de conservation tient en haleine ces factions politiques. Leurs animateurs s’illusionnent et cherchent à se substituer au peuple pour proposer des réformes politiques d’incomplétude et sans un changement radical. Ce sera une nouvelle traîtrise. Leurs propres divisions et leurs surenchères se renforcent et se conjuguent pour favoriser la chienlit dans le pays. Leurs fiefs politiques font de temps en temps trêve à ce qui les divise mais ils parviennent à l’approche des élections à nouer de nouvelles conjurations pour ouvrir la crise latente et destructrice depuis 1990.

Notre peuple, dans sa majorité, ne fait plus confiance aux partis politiques ni au pouvoir en place. Le drame national que nous vivons a donc pour cause première leur incapacité à s’entendre pour faire cesser la crise et pour travailler ensemble pour le redressement national. Exploitant la faculté d’oubli des clientèles électorales, de plus en plus minoritaires, ils reparaissent chaque fois bardés de prétentions et d’exigences proportionnées à leur discrédit et à leur inculture. Ils se dispersent alors en tendances verbeuses et s’agitent dans des manifestations vaines et funèbres. Quand est-ce qu’ils comprendront qu’il n’y a pas de salut en dehors de l’expression libre du peuple et de son consentement ? C’est seul le peuple togolais, en ce moment difficile, qui doit trancher dans ce qui est essentiel à son destin. Pour cela, nous appelons le Chef de l’Etat à mettre en place une commission constituante consensuelle avec l’opposition, à dissoudre la CENI actuelle, à recomposer la Cour constitutionnelle, à mettre en place le Conseil Economique et Social et le Sénat. Nous sommes persuadés qu’il faut incontestablement composer un gouvernement de salut public avec des patriotes compétents et intègres.

Pour abréger le combat politique destructeur et d’usure entre les opposants professionnels et le pouvoir en place, qui dure depuis 1990, nous devons comprendre et accepter les principes républicains et démocratiques. Le Chef de l’Etat est le Chef suprême des armées. En plus, l’actuel Chef de l’Etat est aussi le Ministre de la défense nationale. En conséquence, si les soldats sortent et tirent  sur la population qui manifeste, alors le Chef de l’Etat est le principal responsable.  Nul n’a donc le droit d’attaquer l’armée. C’est aussi de la bêtise humaine de dire que c’est une bavure quand des soldats tirent à balles réelles dans la foule pour tuer ou blesser. Il est temps que les politiciens togolais mettent un terme à leur dégénérescence et à leurs errements criminels. Le PRR  présente ses condoléances attristées à notre frère qui était tué le 28 Février 2017 et partage la douleur des blessés et de leurs familles.

Je rappelle que le Référendum est un acte de pouvoir souverain. Il rend droit et hommage au peuple. Nul n’a le droit de l’en déposséder au profit d’une Assemblée nationale. Ce serait à nouveau une intolérable usurpation. Nous sommes contre ceux qui ont révisé la constitution de 1992 et nous serons contre ceux qui voudront réviser la constitution actuelle sans passer par le Référendum. Du point de vue de l’esprit aussi bien qu’à celui du cœur, chacun doit savoir qu’une interprétation contraire ne peut qu’être néfaste à l’Etat et funeste pour le Togo. Le salut ou le naufrage de notre patrie ne dépend que du Chef de l’Etat ou du peuple. Prions pour que ce qui est juste et bon se décide pour fixer le pays, assurer la République et dégager l’horizon de tout désastre. La conjoncture est très mauvaise et nous sommes inquiets pour l’avenir de notre pays. Que Dieu Tout-Puissant nous protège, nous inspire et balise notre route.

Fait à Lomé : le 9 Mars 2017

 

Nicolas LAWSON

Président du PRR

Repost 0
Published by Adokposé - dans POLITIQUE
commenter cet article

Articles Récents

Liens